L’Oxygénothérapie HyperBare

L’oxygénothérapie hyperbare est « une modalité thérapeutique d’administration de l’oxygène par voie respiratoire à une pression supérieure à la pression atmosphérique standard. Elle est définie comme l’inhalation d’oxygène pur (O2 à 100 %) par un sujet placé dans un caisson d’acier ou de polymère, à des pressions supra-atmosphériques (1,5 à 3 ATA) pendant au moins 90 minutes », définition de La Haute Autorité de la Santé, 2007.

Plus simplement, ce traitement a pour but de vous apporter une quantité importante d’oxygène.

Il se déroule dans une chambre spécifique appelée « hyperbare » dont la particularité est de supporter une augmentation de pression (supérieure à celle de l’atmosphère) et équipée de masques à oxygène médicale. Ces séances thérapeutiques sont le plus souvent collectives.

Indications thérapeutiques

Les recommandations thérapeutiques de l’OHB ont été définies lors de la Première Conférence Européenne de Consensus sur la Médecine Hyperbare à Lille en 1994.

La dernière conférence de Consensus de Médecine Hyperbarique qui s’est déroulée à Lille en 2016 a également validé les indications acceptées de l’OHB selon leur niveau de preuve. Tous ces consensus permettent d’encadrer les actes d’OHB en matière d’intérêt thérapeutique et de santé publique tout en promouvant les bonnes pratiques.

En janvier 2007, la Haute Autorité de la Santé a émis un guide très précis des indications et bonnes pratiques de l’OHB :

http://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/rapport_oxygenotherapie.pdf

Les pathologies éligibles à l’oxygénothérapie hyperbare sont les suivantes :

PATHOLOGIES AIGUËS :
• Intoxication au monoxyde de carbone chez les patients à haut risque de complications
à court ou à long terme (perte de conscience à l’admission ou avant l’admission ; signes
neurologiques, cardiaques, respiratoires ou psychologiques ; femmes enceintes).
• Accident de décompression : traitement initial et des déficits résiduels.
• Embolie gazeuse.
• Infections bactériennes à germes anaérobies ou mixtes, nécrosantes des tissus mous.
• Abcès intracrânien, pleuro-pulmonaire, hépatique.
• Ecrasement de membre (fractures ouvertes de type III Gustilo B et C).
• Surdité brusque.
• Greffes de peau et lambeaux musculo-cutanés à vitalité compromise.

PATHOLOGIES CHRONIQUES :
• Ostéomyélite chronique réfractaire.
• Lésions radio-induites (ostéoradionécrose de la mandibule, cystite radio-induite, rectite
radio-induite, en traitement préventif de l’ostéoradionécrose en cas d’extraction dentaire).
• Ulcères ou gangrènes ischémiques chez les patients diabétiques en ischémie critique
chronique, sans possibilité de revascularisation ou persistant après vascularisation
optimale.
• Ulcères ou gangrènes ischémiques chez les patients non diabétiques en ischémie critique
chronique, sans possibilité de revascularisation ou lésions persistant après revascularisation
optimale.
• Neuroblastome de stade IV.
• Pneumatose kystique de l’intestin.


Déroulement d’une séance

Compression

Cette phase permet de mettre en pression le caisson,

C’est au cours de cette phase que votre coopération est importante.

La compression est bruyante et augmentera la température du caisson

Palier

Lorsque la pression souhaitée est obtenue (en général entre 1,2 et 1,5 bar), l’opérateur vous demande d’appliquer votre masque pour débuter l’oxygénation.

Vous pourrez vous distraire avec un peu de lecture, de la musique, des contenus vidéos, ou en jouant aux cartes !

Décompression

La décompression entraîne de nouveau du bruit et à l’inverse, l’évacuation de la pression entraîne un refroidissement de l’air ambiant des chambres hyperbares. Vous devez garder votre masque à oxygène pendant cette période mais contrairement à la compression, aucune manœuvre particulière n’est à effectuer.

Que se passe-t-il lors de la phase de compression ?

Lorsque de l’air est comprimé, son volume diminue. Au moment de la mise en pression, l’air présent dans l’oreille moyenne se comprime et se retrouve « emprisonné ».

Une gêne ou sensation d’ « oreille bouchée »va apparaître comme parfois ressentie en montagne, en avion ou à la piscine. Pour compenser ce phénomène, il faut pratiquer une manœuvre dite « d’équilibrage des pressions » ou de « compensation ».

liaison de la trompe d'eustache à l'oreille
Schéma de l’oreille

De façon simplifiée, l’oreille se compose de trois parties :

  • L’oreille externe, avec le lobe et le pavillon
  • L’oreille moyenne, avec le tympan, et les osselets,
  • L’oreille interne

Le tympan est une membrane souple qui sépare l’oreille externe de l’oreille moyenne. Cette oreille moyenne est reliée à la gorge par la trompe d’Eustache. C’est cette liaison qui permet d’équilibrer les pressions de part et d’autre du tympan

L’oreille moyenne est alors en dépression et « tire » sur toutes les parois environnantes. Le tympan étant une membrane souple, elle va se déformer en priorité, causant une petite gêne lorsque la déformation est faible et une douleur forte si cette déformation est importante.

Il existe différentes méthodes qui ont pour effet de forcer l’ouverture de la trompe d’Eustache afin d’amener de l’air dans l’oreille moyenne et rétablir l’équilibre des pressions de chaque côté du tympan. Ces manœuvres doivent être effectuées aussi souvent que nécessaire et très régulièrement les premières minutes de la mise en pression jusqu’à la mise en place de votre masque à oxygène. Une manœuvre bien réalisée soulage immédiatement la gêne provoquée dans les oreilles par la compression.

Il ne faut jamais atteindre la douleur. L’oreille est un organe fragile, siège de l’audition et de l’équilibre qu’il faut protéger.

  • La déglutition : pour quelques privilégiés… la déglutition ouvre les trompes d’Eustache et permet la compensation. La méthode consiste donc simplement à avaler sa salive. Pour produire d’avantage de salive, vous pouvez vous aider en suçant des bonbons ou boire de petites gorgées d’eau tout en basculant votre tête légèrement en arrière pour mettre la Trompe d’Eustache en position.
  • La mastication : mâchez un chewing-gum. Le mouvement de la mâchoire aide à équilibrer la pression entre l’intérieur et l’extérieur de l’oreille. C’est une méthode préventive souvent utilisée en avion.
  • Le bâillement : ce mouvement entraine une traction efficace sur la trompe d’Eustache mais bâiller sur commande reste compliqué.
  • La manœuvre de Valsalva, du nom de son inventeur Antonio Maria Valsalva. C’est une manœuvre d’équilibrage « provoquée » très utilisée en plongée sous-marine. Elle consiste à :
    • prendre une grande respiration,
    • se boucher le nez et fermer la bouche pour empêcher l’air de sortir,
    • souffler en cherchant à faire monter cette pression jusqu’aux trompes d’Eustache… C’est le même mécanisme que lorsque nous nous mouchons mais nez et bouche fermée.
  • La béance tubaire volontaire: pour ceux qui veulent devenir des pros !

Quelle que soit la méthode retenue, elle doit produire un petit claquement dans les oreilles et permettre de soulager cette « sensation d’oreille qui se bouche ».

Vous ne devez jamais atteindre le stade de la douleur qui s’apparente à une douleur d’otite. Si cela arrive, vous devez le signaler à l’opérateur pour lui permettre d’analyser et/ou vous aider.

Les causes d’échec sont variables : il peut s’agir d’une mauvaise réalisation de la manœuvre ou une congestion passagère de la sphère ORL. A savoir : en cas d’affection ORL saisonnière (rhume, sinusite, rhinite allergique, otite…), le traitement par OHB ne peut être réalisé…contactez l’équipe soignante pour différer vos séances de caisson.

Et la décompression?

L’équilibre se fait naturellement. Il faut donc proscrire la manœuvre de Valsalva qui risquerait de provoquer un barotraumatisme.


En savoir plus…


Nous vous conseillons les sites suivants, consultables en cliquant directement sur les liens :
http://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/rapport_oxygenotherapie.pdf
https://www.medsubhyp.com/index.php?lang=fr
http://www.ffessm.fr/
http://medical.ffessm.fr/
https://www.chu-toulouse.fr/IMG/pdf/trait_union_126_chu_de_toulouse-site_internet.pdf
https://www.youtube.com/watch?v=5gU-MELKm9g

© 2020 Les amis du centre de médecine hyperbare de Toulouse . Powered by WordPress. Theme by Viva Themes.