Medecine Hyperbare de Toulouse

La naissance de l’hyperbarie médicale à Toulouse

Le Professeur Louis Lareng, alors Président de la Société de Réanimation de Langue Française, a été l’un des premiers médecins à développer l’activité des caissons d’oxygénothérapie hyperbare (OHB) à Toulouse. La première utilisation de l’OHB a été consacrée à la lutte contre le tétanos ; en effet, le bacille du tétanos étant un germe anaérobie (c’est-à-dire qu’il prolifère dans un milieu pauvre en oxygène), les patients étaient placés dans un appareil permettant l’administration d’oxygène une pression supérieure à celle de l’atmosphère …

Cette technique a ensuite été étendue au traitement de la gangrène gazeuse, également liée à un germe anaérobie, et pour les intoxications par le monoxyde de carbone.

En 1971, le CHU de Toulouse, s’appuyant sur l’expérience des hôpitaux de Paris, pionniers de ces techniques, s’est doté de son tout premier caisson à l’Hôpital Purpan, près du centre de réanimation. Une dizaine d’années plus tard, grâce à un partenariat entre le CHU et le conseil régional, et l’obtention de fonds européens, un second appareil plus élaboré permettant de régler la pression et sécurisé a remplacé le premier caisson. Cette nouvelle acquisition a permis de développer les indications médicales offrant à la fois plus de sécurité et de variété dans la prise en charge des patients. C’est ainsi que des patients devant recevoir des soins de réanimation ont pu bénéficier de séances d’oxygénothérapie hyperbare.

Enfin, c’est à l’occasion des travaux de construction de la première ligne de métro de Toulouse (1987/1993) que la médecine hyperbare a connu un nouveau tournant. Ce vaste chantier impliquait des ouvriers travaillant sur des tunneliers soumis à un risque d’accident de décompression. A titre préventif, des crédits avaient été affectés à couvrir ce risque. Aucun accident de décompression ne s’était produit mais le CHU s’était vu doter de deux chambres hyperbares qui ont fonctionné jusqu’au 4 juillet 2010…

Et maintenant ?

© 2020 Les amis du centre de médecine hyperbare de Toulouse . Powered by WordPress. Theme by Viva Themes.